Breathing, tome 1 : Ma raison de vivre

23 mai 2017




– Et si je ne veux pas être ami avec toi ?
– Alors nous ne serons pas amis.
– Et si j’ai envie d’être plus qu’un ami ?
– Alors nous ne serons rien du tout.

Emma a tout fait pour empêcher Evan d’entrer dans sa vie. Non pas parce qu’il la laisse indifférente, bien au contraire, mais parce que personne ne doit savoir. Savoir qui elle est vraiment, quelle est son histoire, et surtout, ce qui l’attend tous les soirs, quand elle rentre chez elle...

• • • • •
Ma raison de vivre de Rebecca Donovan
Titre original : Reason to Breathe - Traduit par Catherine Nabokov
Editions Pocket Jeunesse, 2015 - 537 pages - 18,90€
Fait partie de la saga Breathing


✖ : L'histoire reste très basique et manque souvent d'originalité.
Le sujet des violences n'est pas assez mis en avant.

 : Le soutien de Sara et d'Evan.
Le caractère d'Emma. Son courage et son recul.
Un bon page-turner.


Depuis que ce premier tome est sorti, les avis positifs pleuvent. Et, même si le deuxième tome semble avoir un peu moins convaincu, c'est une saga qui a l'air de beaucoup plaire. Il était donc temps que je la découvre enfin. Surtout que les trois tomes étaient déjà dans ma pile à lire. Dès les toutes premières pages, Emma nous met dans le bain. Nous savons qu'elle craint quelqu'un, qu'elle ne se sent pas en sécurité où elle habite. Qu'elle souffre à l'épaule. Nous réalisons rapidement que les violences sont son quotidien. Et, seule sa meilleure amie Sara a l'air d'être au courant.

Disons le clairement, je ne comprends pas réellement l'engouement qu'il y a eu autour de cette saga. Oui, l'auteure aborde un sujet difficile et intéressant. Oui, le courage d'Emma est impressionnant et touchant. Tout comme le soutien de Sara et Evan. Et, c'est indéniablement un bon page-turner. Mais, ce n'est finalement qu'une "simple" histoire d'adolescents. Qui vont à l'école, aux sports, à des fêtes. Qui flirtent, tombent amoureux, envisagent l'avenir, l'université.
"Les journées au lycée étaient pour moi un espace sécurisé. Normalement, tout y était sous contrôle, réglé comme du papier à musique, personne n'avait d'emprise sur moi. Normalement... Car en seulement quelques minutes, Evan Mathews avait réussi à faire voler en éclats cet environnement protecteur. Mais qu'avait-il donc de si particulier ?"
Au niveau des personnages, cela va de la haine au coup de cœur. Un personnage en particulier est insupportable (le mot est faible d'ailleurs !). Et, un autre me dégoûtait particulièrement aussi - ceux qui font semblant de ne rien voir sont autant à blâmer que les "vrais" méchants. Emma vit un calvaire. Elle prend beaucoup sur elle et, même si je n'ai pas toujours compris ses choix, ses motivations sont très respectables. Concernant le coup de cœur, il revient à Sara. Toujours là pour Emma, même si cette dernière ne lui dit pas forcément tout, elle comprend et essaie d'aider au mieux.
"Sa méchanceté menaçait de détruire le fragile équilibre que j'étais parvenue à préserver. Elle était à deux doigts de m’anéantir. Serais-je suffisamment forte pour résister ?"
Au niveau de l'intrigue, nous sommes dans du très basique. Comme je le disais plus haut, nous suivons le quotidien ordinaire, d'adolescents ordinaires. Oui, Emma vit des moments très difficiles et l'auteure aborde le thème des violences domestiques, mais ce point ne m'a pas semblé tellement mis en avant. Parfois, ces scènes tombaient de nulle part. En fait, cette lecture est intéressante, mais trop de scènes "quelconques" viennent mettre au second plan le sujet brûlant. 

Emma a l'habitude de se faire discrète, même à l'école. Alors lorsque le nouveau, Evan, cherche à lui parler, elle ne comprend pas bien pourquoi. Peu à peu, la jeune fille va découvrir qu'elle peut espérer plus que son enfer à la maison et les cours. Sa vie est désormais rythmée par les petits bonheurs qu'elle découvre et la peur de rentrer chez elle.

La fin me donne forcément envie de poursuivre cette saga et je suis curieuse de voir comment cela va évoluer pour Emma et les autres. En plus, les autres tomes sont déjà dans ma pile à lire. Mais, je ne sais pas quand je m'y mettrais.


En quelques mots...
Violence | Famille | Danger | École | Amis | Avenir

C'est lundi, que lisez-vous ? (252)

22 mai 2017

Ce RDV du lundi a été commencé par Mallou et les participants sont répertoriés chez Galleane.
On répond chaque lundi à trois petites questions.


La semaine passée, j'ai lu...

   

Envie d'un petit road trip ? N'hésitez pas à embarquer avec La lettre qui allait changer le destin d'Harold Fry de Rachel Joyce ou L’incroyable voyage de M. Fogg de Luc Blanvillain ! Plutôt envie de côtoyez une sorte de mélange entre des morts-vivants et des extraterrestres ? Plongez-vous dans L'éveil des Macchabs, tome 1 de Ty Drago. Ou de lire le premier Stephen King publié ? Carrie vous donnera sans doute quelques frissons !


---------------------------------


En ce moment, je lis…



– Et si je ne veux pas être ami avec toi ?
– Alors nous ne serons pas amis.
– Et si j’ai envie d’être plus qu’un ami ?
– Alors nous ne serons rien du tout.

Emma a tout fait pour empêcher Evan d’entrer dans sa vie. Non pas parce qu’il la laisse indifférente, bien au contraire, mais parce que personne ne doit savoir. Savoir qui elle est vraiment, quelle est son histoire, et surtout, ce qui l’attend tous les soirs, quand elle rentre chez elle...



Cette trilogie attend sagement dans ma PAL depuis le début de l'année. Il était temps que je la découvre !


---------------------------------

Ensuite, je pense lire…

Je ne sais pas encore.


Et vous, que lisez-vous ?

Carrie

21 mai 2017

A dix-sept ans, solitaire, timide et pas vraiment jolie, Carrie White vit un calvaire, victime du fanatisme religieux de sa mère et des moqueries incessantes de ses camarades de classe. Sans compter ce don, cet étrange pouvoir de déplacer les objets à distance, bien qu'elle le maîtrise encore avec difficulté...

Un jour, cependant, la chance paraît lui sourire. Tommy Ross, le seul garçon qui semble la comprendre et l'aimer, l'invite au bal de printemps de l'école. Une marque d'attention qu'elle n'aurait jamais espérée, et peut-être même le signe d'un renouveau ! Loin d'être la souillonne que tous fustigent, elle resplendit et se sent renaître à la vie.

Mais c'est compter sans l'aigreur et la mesquinerie des autres élèves. Cette invitation, trop belle pour être vraie, ne cache-t-elle pas un piège plus cruel encore que les autres ?

• • • • •
Carrie de Stephen King
Titre original : Carrie - Traduit par Henri Robillot
Editions J'ai lu, 2000 - 253 pages


✖ : /

 : L'histoire a un côté dérangeant assumé, qui nous suit jusqu'au bout.
La manière de mettre en avant les adolescents, pas toujours sous leur meilleur jour...
Impressionnant, pour un premier roman publié !


Carrie est un Stephen King que j'avais hâte de lire, parce que c'est son tout premier roman publié. Et, en même temps, je ne ressentais pas le besoin de me jeter dessus à tout prix, ayant vu deux des adaptations cinématographiques (celle de Brian De Palma et celle de Kimberly Peirce) et connaissant donc plutôt bien l'histoire.
"Il était temps de leur faire une démonstration. Temps de leur donner une leçon. Elle eut un bref rire hystérique. C'était une des formules favorites de maman."
Rapidement, l'auteur nous parle d'un drame qui s'est produit et des rares survivants. Il nous livre également différents témoignages et extraits, sur le cas de Carrie White et de la télékinésie. Le point commun de tout cela est donc ladite Carrie. Vivant seule avec sa mère, l'éducation de la jeune fille semble être plus que chaotique. La réaction qu'elle a face à l'arrivée de ses menstruations restant une scène mémorable - tout comme celle du bal, bien plus tard dans l'histoire - et nous démontre particulièrement bien dans quel brouillard et décalage elle semble évoluer. Harcelée par ses camarades de classes depuis son plus jeune âge, nous la voyions subir subir subir... Jusqu'au jour où trop, c'est trop.

Nous avançons dans l'histoire, en suivant Carrie et quelques autres personnages. La chronologie est assez particulière, l'auteur n'hésitant pas à passer d'un moment à un autre, mais cela sert très bien l'ambiance du roman. L'horreur, le côté dérangeant, le fait que Carrie est autant une victime qu'un bourreau, ses dons de télékinésie, le comportement de sa mère. Tout est mille fois plus fort dans le livre que dans les adaptations, pourtant fidèles, que j'ai eu l'occasion de voir.

L'auteur, en plus de parler de télékinésie et de fanatisme religieux, s'emploie à explorer la période de l'adolescence. Les personnages de Sue, Tommy et Chris sont très importants et permettent de s'interroger sur le recul que peuvent avoir les adolescents sur leurs actes. Le regard des autres, la condition sociale, la popularité. Tout cela joue sur le comportement de chacun et les réactions qu'ils ont à l'égard de Carrie. Une jeune fille de leur âge, qui finit par douter de la moindre marque de gentillesse qu'un camarade lui adresse. Des brimades et un don, qui vont mener à la destruction.


En quelques mots...
Télékinésie | Harcèlement | École | Bal | Religion | Drame

L’incroyable voyage de M. Fogg

19 mai 2017

Quand Nora, David et Simon montent dans la voiture de leur prof de français, ils comprennent vite que ce n’est pas la meilleure des idées.

Partir en vacances avec M. Fogg, à la recherche du grand amour de David, c’est complètement dingue !

Encore plus si on sait que la fille n’existe pas. Qu’elle a été inventée de toute pièce pour emmener Fogg dans l’aventure et le distraire de sa propre vie.

Et si ce road trip leur révélait à tous qu'il leur appartient d'apprécier chaque moment, maintenant. Quitte à avoir le cœur brisé ou la tête pleine de nouveaux rêves ! 



• • • • •
L'incroyable voyage de M. Fogg de Luc Blanvillain
Editions Hachette, 2017 - 280 pages - 15,90€



✖ : Il y a plusieurs sous-entendus qui laisse à penser que M. Fogg est vieux...
...Alors qu'il est quinquagénaire, si je ne dis pas de bêtise. C'est encore jeune ! ^^

 : La première de couverture.
La bienveillance des jeunes à l'égard de leur professeur...
...Et la personnalité de ledit professeur.
De l'espoir, de l'amour et de l'humour, des rencontres, etc.
Un très bon road trip.


Est-ce que j'aime les road-trip ? Je crois bien que oui !
Et encore, il en manque quelques-uns sur la photo.
Merci aux éditions Hachette pour cet envoi. Et, un merci tout particulier à Myriam qui m'a présenté ce livre en des termes tels que je ne pouvais décemment pas passer à côté de cette lecture ! Me parler de road trip et du prof qui lui a fait penser à M. Keating du film Le Cercle des poètes disparus, c'était me convaincre en quelques mots que rencontrer M. Fogg ne serait pas une déception. (Si vous ne savez pas encore qui est M. Keating, foncez voir le film !)

La symbolique de la couverture me plaît bien. Simple et efficace, avec cet entrelacs de routes qui forment un cœur, ainsi que la voiture. À l'image de ce voyage.

"- Lorsqu'ils furent parvenus à allumer un feu fumant et se furent tassés autour, frigorifiés, badigeonnés de maquereau, Fogg éclata de rire. 
- C'est incroyable que vous m'ayez cru pour cette histoire de poisson fumé censé protéger des piqûres ! Vous êtes d'une naïveté confondante. Alors il suffit qu'un adulte sûr de lui vous affirme quelque chose pour que vous le croyiez ? Vous vous rendez compte que vous êtes des cibles idéales pour le premier manipulateur venu ? Il va falloir apprendre à vous forger un esprit critique, les enfants. Allez vous rincer dans la rivière, vous puez. Mais restez près de la berge, le courant est fort."
Ils obtempérèrent, découragés. L'eau était glaciale mais ils se sentirent mieux, une fois nettoyés. 
- Alors ça va être ça, les vacances ? gémit Simon. Fogg qui nous apprend la vie ?"

Un professeur qui les a aidés et soutenus, une conversation qu'ils n'étaient pas censés entendre... Nora, David et Simon prennent la décision d'embarquer M. Fogg dans un voyage pour sauver une belle princesse tourmentée par son père ! Quelle plus belle raison de partir à l'aventure, pour cet homme qui aime se rendre utile aux autres et qui croit à l'amour avec un grand A. Malgré tout. Alors, même si ladite princesse n'existe pas, l'aventure commence !

Ce voyage ne va pas être exempt de quelques leçons, parfois aux dépens des adolescents - voir la citation plus haut. Souvent avec humour, toujours avec bienveillance, M. Fogg porte un regard doux et nostalgique sur ses élèves. Ils le renvoient à ses propres jeunes années. C'est un road trip où l'amour donne des ailes, où les mots et la poésie font partie intégrante du voyage, où certaines certitudes vont être ébranlées et où quelques larmes risquent de couler.

Un prof qui sait recadrer, encourager, protéger et voir en ses élèves ce dont eux-mêmes ont du mal à se rendre compte. Voilà qui est, entre autres, M. Fogg. Il ne faut pas s'étonner s'il est apprécié de ses élèves et que ceux-ci sont prêts à quelques petits mensonges pour lui rendre la pareille ! Le bac de français passé, les grandes vacances qui commencent, nous pouvons embarquer en compagnie des personnages dans ce voyage qui va nous faire passer par bien des chemins.

En vrac, ce que j'ai préféré... La réaction de Nora, lors de la conversation qu'elle a, au tout début, avec M. Fogg. L'évolution de David. Georges et ses goûts cinématographiques et son improbable rencontre avec M. Fogg. Nora et la princesse, vers la fin. Les mots de Proust. Les leçons de M. Fogg. L'envie de tous, d'aider. La puissance d'un coup de foudre. Les mots maladroits et les petits mensonges. Les illusions et les certitudes. Ces deux générations qui se soutiennent. Pas de jugement, simplement de la compréhension. Le sourire aux lèvres et les larmes aux yeux.

Dans un road trip, je cherche de l'espoir, de l'émotion, du bouleversant, des souvenirs, des partages, de l'humour, des prises de conscience, de l'amitié, des rencontres... L'incroyable voyage de M. Fogg n'est dépourvu d'aucuns de ces critères. Pour mon plus grand bonheur et celui de tous ses futurs lecteurs, je l'espère !

En librairie le 7 juin !


En quelques mots...
Road trip | Professeur | Élèves | Princesse | Apprentissage | Partage | Humour | Émotions

La lettre qui allait changer le destin d'Harold Fry

18 mai 2017


Il aura suffi d’une lettre – la lettre d’adieu d’une amie qui se meurt – pour jeter Harold Fry sur les routes d’Angleterre.

Quelques sous en poche, une paire de chaussures bateau et l’espoir de la revoir une fois encore... Cottage après cottage, bocage après bocage, Harold marche, persuadé que, tant qu’il avance, son amie vivra. Il marche et repense à sa vie.

Mille kilomètres parcourus pour que le destin d’Harold Fry rejoigne celui de sa femme, son fils, son amie, et tous ceux qu’il croise sur sa route...


• • • • •
La lettre qui allait changer le destin d'Harold Fry de Rachel Joyce
Titre original : The Unlikely Pilgrimage of Harold Fry
Traduit par Marie-France Girod
Editions Pocket, 2013 -408 pages - 7,80€
Fait partie de la saga Harold Fry


✖ : Petit manque d'espoir et de légèreté, que j'aime voir dans un road trip.

 : Un road trip, des rencontres, des discussions, etc.
Voir l'évolution du personnage principal et les liens qui se créent le temps d'un moment.
Avoir quelques mystères, qui nous suivent jusqu'au bout.


Livre trouvé à Cash Express à 0,50€,
avec ce message à l'intérieur 😊
Ceux et celles qui me suivent depuis un moment savent que j'aime les road trip. En fait, avec les réécritures de contes, ce sont probablement les livres qui ont le plus de chance de me plaire. J'aime ce double voyage qui a tendance à se produire ; mentalement et physiquement. Là, même si ça n'a été qu'une "simple" bonne lecture, ces deux critères étaient bien présents. Harold n'est pas un personnage très gai, mais sa sincérité est touchante. Il est lucide, même concernant ses propres faux pas. Lorsqu'il reçoit la lettre de son ancienne collègue, un déclic se fait insidieusement en lui et le pousse à chercher qui il est vraiment, ce qu'il a fait de sa vie. Alors, au lieu de revenir chez lui après avoir posté sa réponse, il continue de marcher...

C'est un voyage dans le temps qui s'opère, avec tous les souvenirs d'Harold qui reviennent à sa mémoire, jusqu'à son enfance. C'est un voyage dans l'espace, bien sûr, avec les kilomètres parcourus pour rejoindre Queenie. C'est un voyage fait de compréhensions et de rencontres. Lorsqu'Harold explique aux personnes qui croisent son chemin son projet, celles-ci ressentent également le besoin de se confier. C'est aussi l'occasion pour Maureen, sa femme, de repenser à son mariage et à comment il a évolué au fil des années. Des moments de remises en question, de bons et de mauvais souvenirs, etc.

Quelques mystères nous suivent, tout au long de la lecture. Que s'est-il passé avec David, le fils d'Harold et Maureen ? Et, s'est-il passé quelque chose entre Harold et Queenie ? C'est un récit assez calme, pas très marrant, il est agréable à lire, même si, pour moi, il manque de touches d'espoir et d'humour. D'un peu plus de légèreté. C'est ce que j'attends d'habitude d'un road trip. Il y a tout de même une réelle évolution, qui se fait sous nos yeux. Pour Harold et Maureen.
"En marchant, il libérait le passé qu'il cherchait à éviter depuis vingt ans, et ce passé bavardait et folâtrait comme un fou dans sa tête avec son énergie propre. Harold n'envisageait plus la distance en termes de kilomètres. Il la mesurait avec ses souvenirs."
Une "suite" existe, La lettre de Queenie, correspondant à la deuxième lettre que cette dernière écrit à Harold durant son périple. Pour le moment, je ne ressens pas le besoin de la lire, mais si l'occasion se présente, pourquoi pas :)


En quelques mots...
Lettre | Road trip | Famille | Souvenir | Remise en question | Évolution