[Recette] Cookies aux pépites de chocolat (ou autres)

23 avr. 2018

Cela fait longtemps que je n'ai pas partagé de recettes par ici ! Adorant tout ce qui est muffins, cookies & co., j'ai testé une énième recette de cookies, justement, et comme le résultat est très très bon, je partage avec vous la recette de The Happy Cooking Friends. Je vous y ajoute quelques notes, en fonction des ajustements que j'ai faits ou compte faire.

▪️ ▪️ ▪️ ▪️ ▪️

Ingrédients (pour une douzaine de gros cookies) j'en ai fait 25 de 30g chacun
140g de beurre à température ambiante
200g de cassonade (ou 180g avec 2 sachets de sucre vanillé) à tester avec 150g de cassonade et le sucre vanillé
1 œuf à température ambiante
240g de farine fluide
1/2 cc de bicarbonate de soude
3/4 cc de levure chimique
1/2 cc de sel
200/250g de « garniture » de votre choix : pistoles/crunch/pépites de chocolat/tablette de chocolat coupée au couteau (lait, noir, blanc, chocolat/noisettes, un mélange de tout etc), de M&M’s, de Kinder, de Daims, de Crunch etc. etc… Bref, il n’y a aucune barrière à votre goût ou imagination deux fonds de sachets de pépites et de chunks ont fait l'affaire


Préparation
À peu près 30 minutes avant le début de la préparation, sortez le beurre pour qu’il devienne à température ambiante.

Préchauffez le four à 180°C.

Dans un saladier, tamisez la farine, le bicarbonate, la levure et le sel (attention à ne jamais mettre la levure à côté du sel sous peine de lui ôter tout pouvoir levant).

À l’aide d’un robot, fouettez le beurre et le sucre jusqu’à obtenir une consistance lisse et mousseuse. Ajoutez l’oeuf et fouettez de nouveau.

Ajoutez peu à peu les ingrédients secs préalablement tamisez juste assez pour tout bien mélanger (le secret étant de ne pas trop travailler l’appareil à cookies).

Partagez votre pâte en deux si vous voulez faire plusieurs parfums de cookies, et incorporez alors votre garniture, sans trop mélanger la pâte.

1/ Si vous désirez faire reposer la pâte pendant 24h au minimum : Filmez la surface de la pâte et réservez au frais. Après le repos, laissez la pâte à cookies s’assouplir à température ambiante pendant environ trente minutes. c'est ce que j'ai choisi de faire, vu que j'avais le temps

2/ Si vous désirez préparer vos cookies immédiatement : prélevez à l’aide d’une cuillère, ou directement avec vos doigts, des morceaux de pâte et modelez les entre vos mains pour former des petites boules de taille uniforme (environ la taille d’une balle de ping pong). Il faut que les boules aient une taille quasi équivalente pour pouvoir cuire toutes uniformément (au besoin vous pouvez peser les boules de pâte).

Espacez les boules de pâte en quinconces directement sur la grille du four préalablement couverte de papier sulfurisé ou d’un tapis de cuisson à pâtisserie (ne surtout pas cuire les cookies sur une plaque de four qui empêcherait de les cuire convenablement en dessous).

Placez la grille à mi-hauteur dans le four, et enfournez pendant 14 minutes, jusqu’à ce que les cookies aient une couleur bien dorée. j'ai mis sur four traditionnel pendant 15-16 minutes

Au sortir du four, les cookies donneront l’impression de ne pas « se tenir », d’être friable au toucher, ce qui est tout à fait normal.

Une fois sortis, enlevez immédiatement les cookies de la grille (pour ne pas prolonger la cuisson) et les laisser refroidir sur une planche ou sur du papier sulfurisé.

Si vous parvenez à les conserver plusieurs jours, placez les dans une boîte en métal pour qu’ils gardent tout leur croustillant.

▪️ ▪️ ▪️ ▪️ ▪️


À tester encore une ou deux fois, pour voir si le résultat est toujours aussi bon. Si c'est le cas, ce sera ma recette de référence pour les cookies, c'est certain. En tout cas, ce premier test a fait l'unanimité des gourmands qui y ont goûté !

Bon appétit !

The elements, tome 1 : The air he breathes

21 avr. 2018


Ils sont en deuil tous les deux, et vont tenter de réapprendre à vivre. Ensemble, ils sauront vaincre les idées reçues.

Tristan et Elizabeth sont voisins, ils n’ont rien en commun à part leur passé douloureux. Elle a choisi de continuer à vivre, ne serait-ce que pour sa petite fille Emma. Il a choisi de s’extraire du monde.

Mais Elizabeth ne l’entend pas de cette façon. Elle sait qu’ils sont tous les deux en miettes et qu’ensemble ils seront plus forts pour affronter leurs fantômes. C’est sans compter avec toutes les embûches que les habitants de leur petite ville vont mettre sur leur route. Ensemble, ils sauront vaincre les idées reçues.

• • • • •
The elements, tome 1 : The air he breathes de Brittainy C. Cherry
Titre original : The Air He Breathes - Traduit par Marie-christine Tricottet
Editions Hugo & cie, 2016 - ebook - 9,99
Fait partie de la saga The elements


✖ : L'effet miroir, concernant ce qu'ils traversent et disent.
Pas assez de chapitres du point de vue de Tristan.

 : Des personnages attachants et touchants.
Un récit sur le deuil, plutôt bien traité.
Des passages drôles et émouvants.


Cette saga m'a tenté pour plusieurs raisons. Je cherche un roman pour ma sœur, les avis sur Livraddict sont très bons et le principe de faire un tome sur chaque élément (l'air, le feu, l'eau, la terre) m'a paru intéressant. Il faut aussi dire qu'après Les Liaisons dangereuses, j'ai du mal à choisir vers quel livre me tourner, alors je me suis dit pourquoi pas.
"Je me débrouille bien. Je vais très bien.
Je me répétais ça encore et encore.
Un jour, ce serait vrai. 
Un jour, j'irais bien." Elizabeth
De retour à Meadows Creek, la ville où Liz vivait avec sa fille et son mari, désormais décédé, la jeune femme essaie de reprendre sa vie en main. La présence d'Emma l'encourage à aller de l'avant, mais Steven est toujours bien présent dans son esprit. Ses ami(e)s sont ravies de la retrouver, mais quand elle rencontre son renfrogné voisin, Tristan, elle se heurte à un mur. Tout le monde l'avait prévenu, le qualifiant de crétin froid et dur, d'ingérable, de bousillé...
"Parfois, ce qu'il y a de plus difficile quand on doit vivre sans les êtres qui nous sont chers, c'est de penser à respirer." - Elizabeth
The air he breathes est un roman qui m'a fait penser à ceux d'Amy Harmon et de Colleen Hoover, même si j'ai moins apprécié celui-ci. La capacité de mettre en avant des étapes importantes et malheureuses de la vie, tout en ayant des passages très calmes, beaux ou drôles. Rien qu'à penser au rêve érotique de Liz, j'en rigole encore toute seule !

Une histoire touchante, sur le deuil, mais quelques bémols. Si j'ai aimé que, dans la relation qui se noue entre eux, il y ait un pied d'égalité (pas de dominant-dominé), j'ai été lassée par cet effet miroir entre tout ce qu'ils traversent et disent, car ça va jusqu'aux dialogues où l'un répond parfois pratiquement mot à mot ce que l'autre a dit. Et, si j'ai aimé Tristan, j'ai regretté qu'il change aussi vite de comportement. C'est un peu trop rapide. De plus, pour continuer dans ce qui m'a dérangé, j'ai trouvé un peu glauque et gênante leur manière de se souvenir de leur mari/femme... Je ne suis pas la seule à avoir trouvé ça bizarre, si ? Enfin, je regrette qu'il n'y ait pas davantage de chapitre du point de vue de Tristan.

Concernant les vrais bons points positifs, sans restriction, un coup de cœur pour les tatouages de Tristan s'impose ! J'ai également aimé qu'il y ait des moments doux et paisibles, drôles et entraînants et d'autres touchants et émouvants. Liz et Tristan font vraiment le chemin ensemble. Les souvenirs, les craquages, les sentiments, la colère, etc. C'est une rencontre, un soutien, une présence. Et, la plupart des personnages secondaires sont aussi attachants qu'eux. Sans parler des événements de la fin, qui apportent beaucoup d'intensité à l'histoire et qui m'ont fait dévorer les derniers chapitres à une vitesse folle ! Avec ces passages, j'ai été à la fois en colère et très émue. Bref, beaucoup d'émotions.

Je ne sais pas encore si je lirai les autres tomes ou non. N'hésitez pas à me dire votre avis, si vous les avez lus.
Et, si vous avez de bonnes romances new adult à me conseiller, je suis preneuse !


En quelques mots...
Wisconsin Deuil | Famille | Rencontre | Soutien | Sentiment | Reconstruction

Little Monsters

19 avr. 2018

« Vous est-il déjà arrivé de vouloir quelque chose au point d'en mourir ? »

Quand elle emménage à Broken Falls, une nouvelle vie commence pour Kacey. Tout le monde ici est tellement gentil. Et elle se fait même des amies, Bailey et Jade, qui l'accueillent à bras ouverts. Mais, soudainement, ces dernières se montrent étrangement distantes. Et elles omettent de l'inviter à la plus grosse soirée de l’année.

Kacey, décidée à confronter ses amies, n'en aura pourtant jamais l'occasion : après la fête Bailey disparaît sans laisser de traces. Broken Falls ne semble plus si chaleureuse. Surtout pour elle, la nouvelle.

Kacey est sur le point d’apprendre deux choses très importantes : parfois, les apparences peuvent se révéler trompeuses. Et parfois, quand on est la nouvelle, il ne faut faire confiance à personne.

• • • • •
Little Monsters de Kara Thomas
Titre original : Little Monsters - Traduit par Sébastien Baert
Editions Castelmore, 2018 - ebook - 9,99


✖ : Du mal à apprécier le perso principal.

 : Tous les personnages cachent quelque chose.
L'autrice nous sert un thriller YA efficace, avec un dénouement surprenant.
L'ambiance bien mise en place, avec cette disparition dans une petite ville.


Merci à NetGalley et aux éditions Castelmore pour cette lecture. Même si le dernier thriller young adult que j'ai lu fut une déception (Le week-end de Natasha Preston), j'ai rapidement été tentée par Little Monsters. Malgré un début où l'autrice s'éparpille un peu, ça devient vite prenant. J'ai juste tiqué sur le fait que Kacey appelle Andrew son beau-frère au lieu de son demi-frère. Ça reste un détail, mais ça m'a chiffonné tout du long. D'accord, ils n'ont pas de lien de sang, mais il est le fils de la belle-mère de Kacey... Ça en fait son demi-frère, non ? Oui oui, ça m'a perturbé ^^

Ce que j'ai particulièrement apprécié dans ce thriller, c'est l'ambiance qui s'installe efficacement. Cela commence avec une sortie en douce pour une petite séance de spiritisme, puis vient la disparition de Bailey et nous découvrons qu'elle et les autres personnages semblent tous cacher des choses, sur leurs agissements autant que sur leurs sentiments.
"On dit que Josephine Leeds serait encore là, arpentant Sparrow Kill, sa chemise de nuit opaline tachée de sang et de terre. On l'appelle la « Dame Rouge » et on raconte qu'il n'est possible de l'apercevoir que la nuit."
Finalement, le personnage le plus mystérieux et intéressant est Bailey elle-même, la jeune fille disparue. Avoir accès à des extraits de son journal permet d'avoir un autre regard sur Kacey (la narratrice) et de mieux les cerner. Même si cela reste difficile, vu qu'un des gros plus de l'histoire est qu'il faut se méfier des apparences, ne jamais être sûre de qui que ce soit. J'avoue avoir eu du mal avec Kacey, qui se monte la tête toute seule et qui garde beaucoup d'infos pour elle au lieu de se confier à ses ami(e)s ou à la police. En revanche, sa belle-mère, Ashley est une bonne surprise. Concernant la fin, ce n'est pas simplement le dénouement qui est surprenant, c'est tout ce qui nous permet d'y arriver. L'autrice a vraiment bien maîtrisé le suspense et les révélations au compte-gouttes, qui nous font douter de tout le monde. Pour ceux qui n'aiment pas spécialement le surnaturel, ne vous arrêtez pas à cela. Toute l'enquête est loin de se résumer à ça.


En quelques mots...
Amies | Séance de spiritisme | Disparition | Recherche | Soupçon | Apparence

Les Liaisons dangereuses

17 avr. 2018


« J'espère qu'on me comptera pour quelque chose l'aventure de la petite Volanges, dont vous paraissez faire si peu de cas : comme si ce n'était rien, que d'enlever, en une soirée, une jeune fille à son Amant aimé, d'en user ensuite tant qu'on le veut et absolument comme de son bien, et sans plus d'embarras ; d'en obtenir ce qu'on n'ose pas même exiger de toutes les filles dont c'est le métier ; et cela, sans la déranger en rien de son tendre amour... En sorte qu'après ma fantaisie passée, je la remettrai entre les bras de son Amant, pour ainsi dire, sans qu'elle se soit aperçue de rien. »

• • • • •
Les Liaisons dangereuses de Choderlos de Laclos
Préface d'André Malraux
Notice et notes de Joël Papadopoulos
Editions Folio, 2017 - 488 pages - 4,80€



✖ : Du mal, au début, avec l'écriture (critère qui devient un point positif par la suite).

 : L'écriture de l''auteur, le ton donné aux différents personnages.
À la fois savoureux et malsain, où la manipulation et la vengeance sont à la base de tout.
Découvrir les manigances de Merteuil et Valmont à travers les échanges de lettres.
Un classique à lire et à relire !


Les Liaisons dangereuses est un roman épistolaire qu'il me tardait de lire. Ayant lu Les Collisions de Joanne Richoux, qui revisite le classique, j'en savais déjà suffisamment sur les personnages pour être intriguée et me lancer dans ce sulfureux échange de lettres sans plus tarder ! D'ailleurs, je confirme mon avis positif sur la version moderne que nous sert Joanne Richoux. Pour moi, c'est une réussite d'avoir su garder l'intrigue et le caractère des personnages.

Pour ceux qui ne connaissent pas encore l'histoire des Liaisons dangereuses, sachez que tout démarre d'une envie de vengeance. La Marquise de Merteuil confie au Vicomte de Valmont, son ancien amant, qu'elle souhaite jouer un tour au Comte de Gercourt. Celui-ci l'ayant quitté pour une femme avec qui Valmont fricotait. Vous suivez jusque-là ? Gercourt devant se marier avec, la tout juste sortie du couvent, Cécile Volanges, l'idée est de dévergonder cette dernière avant de la remettre entre les mains de son promis. La Marquise espère que son bon ami le Vicomte se charge de cela, mais lui a l'esprit déjà fort occupé avec la Présidente de Tourvel. Ne vous inquiétez pas, les liens entre les différents protagonistes, cités ci-dessus ou non, deviennent plus clairs une fois que nous commençons à lire la correspondance de chacun.

Un roman épistolaire, où la correspondance de nombreux personnages nous est donc dévoilée. C'est à travers ces nombreuses lettres que les manigances et manipulations de la Marquise et du Vicomte se font jour, que nous en découvrons les conséquences, sur eux et sur leurs victimes. Les mœurs légères, pour l'époque, de ces deux personnages principaux vont influer sur celles des autres personnages, qu'ils déclarent leurs amis, leurs amants, leurs confidents, etc.

En tant que lecteur, et donc personne extérieur, il est intéressant et parfois frustrant de voir comment les personnages réagissent à chaque mot et manœuvre de la Marquise et du Vicomte. Quand nous savons que telle chose a été faite pour de mauvaises raisons données, que telle déclaration n'a rien de sincère, etc. Bref, le genre de roman qu'on savoure, tout en sachant qu'il nous amène sur un terrain glissant, où la manipulation, le désir, la vengeance, l’orgueil et la vanité se côtoient. Impossible de ne pas mentionner le comportement de Valmont envers la Présidente de Tourvel, par exemple. Elle qui résiste aux approches de cet homme, qui le garde éloigné, ne fait qu'évoluer sous l’œil de Valmont lui-même, qui se plaît à observer ces touchants combats entre l'amour et la vertu. Mais, à ce petit jeu, la Marquise semble finalement bien plus calculatrice et maîtresse d'elle-même, à en lire la lettre 81, que son complice le Vicomte.


Même si, au début, l'écriture m'a paru moins accessible que pour d'autres classiques, nous entrons vite dans le "jeu" de ces échanges, nous nous faisons rapidement à ce ton, à ces tournures de phrases, à ces sous-entendus. C'est un classique intéressant et savoureux à lire, autant pour sa forme et son fond que pour ses personnages. Surtout que les plus calculateurs devraient également se méfier, pour ne pas causer leur propre perte...


En quelques mots...
Classique | Les Liaisons dangereuses | XVIIIe siècle | Lettres | Vengeance

Les Vigilantes, tome 2 : La Flamme

15 avr. 2018




Risque de spoiler, si vous n'avez pas lu le tome précédent.

Condamnée, Anna est internée dans un camp de réhabilitation. Sa réputation l'a précédée : elle est la Vigilante qui a osé s'élever contre la dictature. Certaines prisonnières voient en elle le prochain leader de la résistance. Mais, pour commencer, Anna doit s'évader. Et, seule, elle ne pourra pas réussir...



• • • • •
Les Vigilantes, tome 2 : La Flamme de Fabien Clavel
Editions Rageot, 2018 - 383 pages - 14,90€
Fait partie de la saga Les Vigilantes : tome 1



✖ : J'aurais aimé avoir un aperçu de la résistance à plus grande échelle.

 : Une suite et fin à la hauteur du premier tome prometteur.
Un personnage principal attachant et imparfait.
La manière dont l'auteur nous entraîne au côté d'Anna.


Merci aux éditions Rageot pour cet envoi. J'ai commencé Les Vigilantes en juin dernier, avec un premier tome efficace et prometteur, un personnage principal attachant et une intrigue intéressante. Je ne m'attendais cependant pas à attendre avec autant d'impatience cette suite. Et, pourtant, une fois les premières pages tournées, difficile de s'arrêter !
"On ne peut pas devenir comme eux. Sinon, notre lutte n'a aucun sens... Nous sommes au service de la résistance, pas de la vengeance." - Móni
Cette suite (et fin) gagne en intensité, dès le début. Anna, Helga, Zoltán et Edina se sont fait prendre, direction le camp de réhabilitation. Leur arrivée fait froid dans le dos et fait penser aux sorts subits dans les camps de concentration durant la guerre. L'auteur sait nous faire ressentir le déchaînement d'émotions d'Anna. Qui est aussi attachante qu'imparfaite. Avec tout ce qu'elle a vécu, c'est normal et ça ne rend ses doutes que plus compréhensibles. Entre la culpabilité d'avoir mis ses proches en danger, la soif de vengeance, la déception d'avoir été trahi par celle qu'elle considère comme sa petite sœur, la détermination à faire payer Ferentz, etc. Et puis, il y a toujours ce doute de ne pas savoir à qui pouvoir faire confiance. En outre, le sujet des migrants est une fois de plus mis en avant, ce qui apporte encore plus d’intérêt à l'histoire. Tout comme la résistance qui prend davantage d'ampleur, même si j'aurais aimé voir cela à plus grande échelle, avec davantage de personnages impliqués. Le tout reste quand même très centré sur Anna.
"Elle s'est rêvée en révolutionnaire mais elle est habitée des mêmes maux que ceux qu'elle veut combattre."
Il y a un petit quelque chose du Combat d'hiver de Jean-Claude Mourlevat, dans ce second tome, et j'aime beaucoup ça ! Cet élan de résistance, forcément. Mais également les liens entre parents et enfants. Bref, une suite et fin à la hauteur. Un vrai page-turner. Des personnages travaillés et une ambiance sombre. N'hésitez pas à tenter cette duologie.


En quelques mots...
Dystopie | Famille | Camp de réhabilitation | Migrants | Résistance